Faire de bonnes photos au flash

Dans des conditions sombres, faire de bonnes photos au flash est un défi. Souvent, le flash est une source de lumière directe située à proximité de l’objectif de la caméra. C’est exactement comme si vos photos étaient éclairées uniquement par une lampe de poche que vous porteriez sur la tête, comme un casque de mineur.

Si vous utilisez un DSLR dans le but de faire des photos de bonne qualité, vous devez d’abord comprendre que le petit flash intégré de votre appareil est tout juste suffisant pour vous dépanner au cas où une photo est absolument impossible à prendre autrement.

Un flash sérieux

Si vous faites un bon nombre de vos photos au flash, si vous aimez photographier des événements, des fêtes ou des grandes occasions, vous aurez d’abord besoin de vous procurer un flash plus «sérieux».

Un bon flash à tête inclinable et dirigeable constitue un bon premier pas. Et vous y gagnerez encore davantage en utilisant les nombreux accessoires de diffusion ou de réflexion offerts sur le marché. Demandez au conseiller de votre magasin préféré de vous faire découvrir la famille d’accessoires Gary Fong et d’autres produits du même type, et vous découvrirez toute la différence que vous pouvez faire en contrôlant la lumière du flash afin de baigner votre sujet dans une lumière d’apparence douce et naturelle.

Assurez-vous également, en choisissant votre flash, qu’il est compatible avec tous les modes automatiques de votre caméra.

Dans notre exemple, nous avons d’abord photographié cet appareil «vintage» en lumière ambiante. Malheureusement, le faible éclairage nous a imposé une vitesse très lente, et le flou qui en résulte. Nous avons donc utilisé le petit flash «pop-up» de la caméra sur la deuxième photo, avec comme résultat un éclairage direct. La photo est nette, mais les ombrages découpés qui entourent l’appareil sont désagréables. La troisième photo est super nette et sans ombrage, mais la lumière réfléchie du plafond est très contrastée et n’éclaire pas bien le devant de l’appareil: imaginez un visage! Enfin le quatrième cliché est nettement meilleur: la caméra a du volume, les ombrages sont subtils, et on voit très bien les détails sur le devant de l’appareil.

Le TTL à toutes les sauces

Ne craignez pas d’utiliser le mode automatique TTL pour vos photos au flash. En TTL, le flash communique avec le capteur de votre appareil et équilibre l’éclairage pour donner la meilleure image possible. À moins de travailler en studio avec des flashs calibrés et des équipements de mesure très précis, le TTL est votre meilleur allié. D’autant plus que bien des DSLR permettent de personnaliser ses paramètres d’exposition.

Avec votre appareil qui calibre automatiquement l’exposition, vous pourrez vous concentrer sur ce qui est vraiment important, c’est-à-dire vous assurer que la lumière qui éclaire votre sujet est douce et subtile, habituellement à l’aide d’un réflecteur ou d’un diffuseur. Certains photographes se disent qu’ils trouveront bien un mur ou un plafond pour réfléchir la lumière, mais ils oublient que parfois on arrive sur place pour trouver des murs et des plafonds colorés! Utilisé comme réflecteur, un mur rouge donnera une photo ...rouge!

Assurez-vous aussi que vos sujets évitent de regarder le flash directement, ce qui provoquera des yeux rouges. La réparation des yeux rouges est un procédé approximatif qui donne rarement de très bons résultats.

En somme, procurez-vous un flash de bonne qualité, apprenez à éclairer vos sujets indirectement, et n’hésitez pas à vous fier à votre mesure TTL.

Quant au petit flash incorporé sur votre appareil, ce n’est pas dans l’obscurité qu’il est utile, mais souvent en plein soleil, dans des situations de «fill flash». Nous en reparlerons dans une autre chronique.