Canon EOS M5

La prise en main

Durant les dernières années, on a vu apparaître sur le marché des appareils photo dits hybrides « mirrorless ». Cette nouvelle famille de caméras ressemble beaucoup à la famille des réflex numérique « DSLR », mise à part l'absence d’un miroir devant l'obturateur. Cette différence permet à ces appareils d’être plus petits et légers, sans toutefois faire de concession sur la qualité de l’image. Les lentilles interchangeables conçues spécialement pour ce nouveau type d’équipement sont, elles aussi, moins volumineuses et du fait plus légères.

Je n’avais jamais auparavant travaillé avec un hybride avant d’essayer la Canon EOS M5. Étant habituée d’avoir en main des appareils robustes et des lentilles massives, je n’étais pas certaine d’apprécier ce matériel miniaturisé. Pour prendre le temps d’essayer l’appareil et ses lentilles, j’ai décidé d’aller me promener dans un endroit tranquille et faire de la photo de paysage. Une lumière de fin de journée et un ciel parsemé de nuages, je n’avais besoin de rien de plus pour mettre à l’essai la M5.

J’ai dû prendre quelques instants pour m’adapter, mais la transition s’est faite vite et naturellement. La M5 est un hybride qui porte bien son nom, en mode automatique, elle s’utilise très facilement et sa manipulation s’apparente à une caméra compacte, tandis qu’en mode manuel, on y retrouve toutes les fonctionnalités d’un réflex et les fonctions avancées sont accessibles rapidement grâce aux différents boutons et roulettes.

Le capteur et le processeur

Une fois le soleil couché, la luminosité a rapidement diminué. Même si j’ai dû utiliser une haute sensibilité pour continuer ma prise vue, je ne me suis pas inquiétée puisque la M5 gère bien le bruit numérique. Elle profite des mêmes nouvelles technologies que les derniers appareils réflex de Canon : on y retrouve un capteur de 24 mégapixels de format APS-C et le tout dernier processeur d’image Digic7.

Le viseur, l’écran tactile et le système d’autofocus

Le remplacement du viseur optique par un viseur numérique est l'élément qui distingue le plus la M5 d'un réflex numérique. Le viseur optique a certains avantages, il permet entre autres de personnaliser les informations visibles durant la prise de vue. En ce qui me concerne, j’ai préféré utiliser l’écran arrière en mode « live view » pour réaliser mes cadrages. L’écran est tactile, pivotant et très lumineux, ce qui le rend agréable d’utilisation. De plus, le système d’autofocus CMOS à double pixel se contrôle particulièrement bien avec l’écran tactile, et il suffit d’appuyer sur l’écran pour choisir où faire la mise au point et elle ce fait avec une rapidité incroyable.

Ceux qui, comme moi, n’aiment pas utiliser le viseur numérique peuvent opter pour la EOS M6 qui a en gros les mêmes caractéristiques que la M5, le viseur en moins. Puisque l’écran consomme beaucoup d’énergie, la batterie s’est vidée plus rapidement que je ne l’avais prévue. Dans ce contexte, il est primordial d’avoir une batterie de rechange si vous prévoyez l’utiliser pendant plusieurs heures.

Les lentilles

J’ai d’abord essayé la lentille EF-M 18-150mm. Qu’on photographie un large paysage ou qu’on en isole un détail, cette lentille est tellement versatile qu’elle nous permet de passer de grand angle à téléobjectif en un seul mouvement. Son seul défaut est qu’elle n’est pas très lumineuse, surtout lorsqu’on l’utilise en mode téléobjectif, mais c’est le compromis pour avoir une telle versatilité.

Pour les amoureux du grand-angle, la EF-M/11-22 mm est idéale. Elle n’offre pas la même versatilité que la lentille précédente, mais elle offre un très grand angle, une meilleure optique et sa construction est plus robuste. Cette lentille est parfaite pour les espaces larges ou fabuleux paysage!

La EF-M 28mm macro est étonnante, comme la plupart des lentilles à focale fixe, elle offre une meilleure netteté qu’un zoom en plus d’être beaucoup plus lumineuse. Ce qui la distingue des autres lentilles de sa catégorie, c’est la présence d’une lumière à DEL intégrée à même la lentille. Cet éclairage d’appoint disposée autour du verre est utile quand on fait de la macrophotographie et qu’il manque un peu de luminosité et qu’on veut faire ressortir le sujet de l’arrière-plan.

Bien que les lentilles EF-M aient été spécialement conçues pour les caméras hybrides EOS M, on peut tout de même choisir parmi toute la gamme de lentilles EF et EF-S de Canon grâce à un adaptateur de monture. J’ai donc décidé de terminer ma prise de vue avec une de mes lentilles professionnelles de série L.

En conclusion

La EOS M5 est une caméra pour amateur avancé qui est très impressionnante. Sa légèreté et sa versatilité font d’elle la caméra parfaite pour une utilisation quotidienne; il n’y a pas d’excuses pour ne pas l’avoir avec soi en tout temps.

En quelques points, la M5 c’est :

  • un capteur CMOS de format APS-C de 24 mégapixels
  • un processeur d’image Digic 7
  • un viseur électronique « OLED » de 2.36 million de points
  • un écran tactile et rotatif de 3.2 pouces de 1,62 million de points
  • la technologie de mise au point automatique CMOS à double pixel
  • les connections sans fil Wi-Fi, NFC, Bluetooth et le GPS intégrés
  • la définition vidéo Full HD, jusqu’à 60 ips
  • une rafale de 9 images par seconde