Les «mirrorless», compactes et performantes

Depuis les années '60, le mécanisme fondamental des caméras «sérieuses» n'a pas changé. Les SLR des années '60 sont devenues des DSLR aujourd'hui, l'ajout du «D» (pour digital) provenant du virage numérique.

L'acronyme SLR (single-lens reflex) signifie, en français, réflèxe mono-objectif. C'est un mode de visée qui permet aux photographes d'énormes avantages. Ainsi le photographe qui regarde dans son viseur voit exactement l'image qui sera formée par son objectif et transmise au capteur. Le DSLR y arrive à l'aide d'un miroir à l'intérieur qui dirige l'image vers l'oeil du photographe, sauf pendant un bref instant où le miroir bascule et l'image s'enregistre sur le capteur.

La nouvelle vague de caméras mirrorless (sans miroir) réinvente complètement le mode de visée. Au lieu de regarder à travers l'objectif, le photographe regarde un écran qui affiche exactement ce que voit le capteur de la caméra. Ce concept permet de construire une caméra beaucoup plus petite et donc plus légère.

Un viseur différent

Selon les appareils, le viseur (ou l'écran) d'un «mirrorless» peut aussi incorporer des indications visuelles sur la mise au point et les réglages de l'appareil. En faible lumière, le viseur de l'appareil «mirrorless» est aussi capable d'amplifier la visibilité, ce que le DSLR ne fait pas.

Par contre, certains photographes n'aiment pas l'idée de regarder un écran en faisant des photos, et sont plus confortables avec l'image directe que procure un viseur DSLR.

Évidemment, l'avantage d'être plus compact s'accompagne aussi, pour les «mirrorless», d'un choix d'objectifs très performants et de prix raisonnable, tout aussi légers que le boîtier. On comprend mieux pourquoi certains photographes laissent leur DSLR à la maison pour certaines vacances et s'achètent une «mirrorless» plus facile à emporter.

Le mirrorless possède aussi un avantage marqué sur le plan des prises de vue en rafale, permettant jusqu'à 20 images/seconde. Assez pour figer les gouttes d'eau d'un plongeon et nettement hors de la portée des DSLR même les plus rapides.

Qualité d'image

Avec des capteurs APS-C et 3/4 dont les résolutions atteignent 24 mégapixels, cette nouvelle famille de caméras ne fait aucun compromis quant à la qualité des images. On trouve d'ailleurs d'excellents objectifs grand public, mais aussi des objectifs de haute qualité capable de satisfaire les plus exigeants. Pour les photographes qui exigent un maximum de pixels et de définition, il existe même depuis un an, des «mirrorless» plein capteur.

Il faut par contre savoir que tous ces appareils sont beaucoup plus énergivores qu'un DSLR, donc exigent une plus grande vigilance pour des piles de réserve bien chargées. Le photographe qui possède plusieurs objectifs de DSLR pourra toujours les adapter, mais il faudrait alors vivre avec les aléas des adaptateurs et renoncer à une partie importante de l'avantage de poids, d'autant plus que tous les adaptateurs ne transfèrent pas toutes les fonctions.

En somme, voilà une famille d'appareils qui élargit la palette de choix qui s'offre aux photographes. Une visite chez votre magasin Zone Image vous permettra de soupeser, de regarder et de décider si vous êtes attiré